Au loin sur la mer

Paroles Gilles Vigneault
Musique Gilles Vigneault, Robert Bibeau Interprète Diane Dufresne

Au loin sur l’eau grise, où le jour va finir
Au gré des courants, une barque tangue
Le vent est tombé depuis tôt le matin
La mer, c’est la mer et le port est lointain
Il reste une rame accrochée encore
Sans que nulle main ne l’oppose à la vague
L’amarre qui pend n’a plus son grappin
Ce n’est plus hier et ce n’est pas demain

Au loin sur le sable, où la mer vient mourir
Quelqu’un s’est couché, chargé de fatigue
Il semble tout jeune on dirait bien qu’il dort
Silence !  Le rêve est le seul maître à bord
Nu-tête et pieds nus, il s’est endormi
Sans se soucier de la marée qui monte
Dans sa main ouverte, un anneau qui luit
Une ombre l’attend pour dormir avec lui

Au loin sur la route, où le soir va venir
Une ombre s’éloigne et c’est une femme
Ce matin si jeune, elle fuit sans retour
Sera toute vieille avant la fin du jour
Le cri d’un hibou l’effraye un instant
La peur la retourne et son œil est livide
La voici qui part où rien ne l’attend
De son pauvre pas et jusqu’au bout du temps
Au loin sur l’eau grise, où le jour va mourir
Au gré des courants, une barque tangue
La mer, c’est la mer et le port incertain
Ce n’est plus hier et ce n’est pas demain